jeudi 24 avril 2014

Berlin with Christophe Laudamiel (1): A Toad in the Grass



When Christophe Laudamiel sent me an invitation to see his most recent exhibition at the Mianki Gallery in Berlin, I figured I might as well poke my nose into it. To my knowledge, he is the only formally-trained perfumer to be represented by art galleries (Dillon in New York and Mianki in Berlin). Therefore, one of the very few actually walking the perfume-as-art talk.

So off I fly to Berlin, landing square in the Schöneberg district: the QuentinDesign Hotel is on the very same street as both the gallery and the lab of DreamAir, the company Laudamiel co-founded with his partner Christof Hornetz.

We start off by popping in to see Les Christophs’ neighbors, the lovely Wolfgang and Melanie Gampe, who’ve just opened a shop around the corner. Laudamiel has equipped them with a Plume Scent device emitting a green tea fragrance he composed for them – a fresh scent to contrast with their Japanese-inspired, mostly black collection. I walk out of Studio Gampe with five pieces, including the red jacket Wolgang is wearing in this series.


Back at DreamAir, we start exploring the Air Sculptures created for Laudamiel’s previous exhibitions at the Dillon Gallery in New York. This, for instance:


Lovely, dewy grass. With – eww, what’s that? – something icky squatting smack in the middle. Slimy metallic sickly. Then Laudamiel tells the story: that’s a big, warty toad you’ve stepped on while walking barefoot in a field. Squish. And the toad hops out. Your nose can’t unsee it.

Like much of his work, the toad-in-the-grass piece rests on conjuring things that don’t normally belong in the register of perfumery (even in fine fragrance, he loves to work with hard-to-handle stinker ingredients). The notes define the space: a slimy smell sitting in the middle of green dewiness. The words give it shape: a mash-up of fairy tale and a kid’s gross-out story.


While this is a fictitious composition (who knows what a toad actually smells like?), another piece, the smell of a roasted suckling pig, is more strictly figurative: an oh-my-God-it’s-really-that conjuring trick that triggers a surprised giggle. But though it might drive a vegetarian to order pork chops when he steps out of the gallery (Laudamiel swears this happened), one can easily imagine it triggering a PTSD attack in someone who’s had to deal with burn victims.

Emotion/memory is an ingredient of olfactory art in a more gut-driven way than in any other artistic medium. Smells penetrate. You can’t block them out unless you stop breathing. This potential for being repulsive or even traumatic is one of the limits of scent-based art. If you choose to designate commercial fragrances as artworks, you need to acknowledge their limitations compared to other media. Since they are essentially designed to please, they cannot embrace the full scope of emotions, sensations or narratives olfactory compositions are able to express.

 If you restrict the “art” label to compositions created for galleries, collectors and cultural establishments, using this scope to its fullest extent stays tricky. How do you display? Limit the “invasion” (collectors have to live with what they buy)?

Scent-art is not only a matter of technique, but a technical challenge. It is also a medium that can only be explored by a very select few people. Art schools churn out hundreds of freshly-minted artists each year. Mastering scent involves years of training and practice: but this protracted learning process, and the career it enables, are practically designed to smother what art schools are meant to foster. (Of course, artist/perfumer partnerships have been a thing for years: who says a piece needs to have a single author?)

Laudamiel’s work defines itself as art, and operates within its institutions (museums, galleries), so that the issue is not whether it is art: it is. But hinc sunt leones : it ventures into such an uncharted territory, so bereft of any form of critical apparatus, that it is tricky to determine where his production as an artist stands in relation with other contemporary artists’.

Though a few brands, most notably Comme des Garçons, have transposed the codes of artistic avant-gardes into fine fragrance, there is practically nothing that compares in scope with Laudamiel’s work. By exploring the forms, narratives and delivery systems that lie beyond the commercial constraints of perfumery, he has initiated his own critique of the medium. His work will certainly contribute to shape the critical apparatus

Please come back on Monday for Part 2 of this series, about Christophe Laudamiel’s exhibition at the Mianki Gallery.

Berlin avec Christophe Laudamiel (1) : Comme un crapaud dans l'herbe



Lorsque Christophe Laudamiel m’a invitée à sa dernière exposition à la Mianki Gallery de Berlin, je me suis dit que j’irais volontiers y mettre le nez. À ma connaissance, c’est le seul parfumeur de formation « classique » à être représenté en tant qu’artiste par des galeries (la Dillon à New York, Mianki à Berlin). Donc l’un des seuls à réellement pratiquer le parfum comme forme d’art, au sein du monde de l’art.

J’atterris donc à Berlin au cœur du quartier de Schöneberg. Le Quentin Design Hotel est sur la même rue que la galerie et le labo de DreamAir, la société co-fondée par Laudamiel avec son partenaire Christof Hornetz.

Crochet chez les voisins des Christophs, Wolgang et Melanie Gampe, qui viennent d’ouvrir une boutique juste à côté, équipée par Laudamiel d’un appareil Plume Scent diffusant un parfum au thé vert – senteur fraîche destinée à aérer une collection all-black d’esprit Yohji/Comme des. Je ressors du Studio Gampe lestée de cinq pièces, y compris la veste rouge portée par Wolfgang sur cette série.

De retour à DreamAir, Christophe me fait défiler des mouillettes sous le nez : les Air Sculptures créées pour ses expositions à la Dillon Gallery. Par exemple, ceci :

De l’herbe chargée de rosée. Puis – pouah. Un truc dégueu accroupi au milieu. Gluant métallique douceâtre. Puis Laudamiel raconte : tu viens de marcher sur un gros crapaud caché dans l’herbe. Le batracien me saute au nez. Je ne vois-sens plus que lui.

Comme plusieurs de ses œuvres, celle-ci repose sur l’évocation de choses qui n’ont pas leur place dans le registre de la parfumerie (cela dit, même dans ses parfums à porter, Laudamiel aime travailler avec des ingrédients caractériels, voire rebutants). Les notes définissent un espace : herbe fraîche squattée par une senteur visqueuse. Les mots lui donnent forme : un mash-up de conte de fée et d’histoire gerbante-pour-faire-rire racontée par un sale môme.


La composition en question est plutôt d’ordre fictif (un crapaud, ça sent quoi, en fait ?). D’autres sont plus directement figuratives : ainsi, cette odeur de cochon de lait sur tournebroche, qui suscite un éclat de rire étonné (« Bon sang, mais c’est bien sûr !) tant elle est exacte. Puis la salivation du carnivore. Laudamiel jure même qu’après l’avoir sentie, un végétarien s’est jeté sur des côtes de porc. Mais on peut aussi bien imaginer un épisode de stress post-traumatique vécu par quelqu’un qui a côtoyé des corps calcinés…

L’émotion et le souvenir sont des ingrédients de l’art olfactif de façon beaucoup plus viscérale que dans d’autres médias artistiques. L’odeur pénètre. On ne peut la bloquer sauf à cesser de respirer. Ce potentiel répugnant-traumatique balise l’une des limites d’un art fondé sur les odeurs. Si l’on décide de considérer comme tel des parfums commerciaux, il faut reconnaître que cet art olfactif ne peut avoir la même portée que les autres puisque ces parfums sont avant tout destinés à plaire : tout ce qui est de l’ordre du négatif, du perturbant, en est d’office exclu.

Si l’on choisit d’attribuer ce label uniquement aux œuvres créées dans la cadre du monde de l’art, la question n’est pas résolue pour autant. L’art olfactif est un médium à la pratique restreinte. Les écoles des beaux-arts lâchent chaque année des centaines de jeunes artistes dans la nature. L’art olfactif exige une toute autre formation, extrêmement longue, et quasiment destinée par essence, tout comme la carrière qui s’ensuit, à étouffer ce qu’une formation artistique vise à développer. (Cela dit, rien n’exclut qu’un artiste pousse un parfumeur dans ses retranchements et lui redonne cette liberté).

Le travail de Laudamiel se situe dans le champ artistique, puisqu’il s’inscrit dans ses institutions (galeries, musées). Il ne s’agit donc pas de se demander s’il s’agit bien d’art : la réponse est « oui ». Mais hinc sunt leones : il s’aventure dans un territoire encore si peu exploré, si dénué de discours critique, qu’il reste difficile de situer sa production dans le champ de l’art contemporain. En explorant les formes, les récits et les modes d’expositions possibles par-delà les contraintes commerciales de la parfumerie, il a entamé sa propre critique du médium. Son travail contribuera sans doute à informer l’élaboration d’un discours critique encore balbutiant.

Dont acte : rendez-vous lundi pour la 2ème partie de ce voyage à Berlin avec un billet sur l’exposition de Christophe Laudamiel à la Mianki Gallery.

jeudi 17 avril 2014

Patou comes home


One more address to add to your Parisian perfume pilgrimage: 9 rue Saint-Florentin, right by the place de la Concorde.

This is actually where the couturier Jean Patou (1887-1936) had his boutique and studios: the house stayed at this address from 1914 to 2004. When CEO Bruno Cottard decided to move from the rue de Castiglione, he started his search with the rue Saint-Florentin. Serendipitously, premises were available. So he’s managed to bring Jean Patou back home, which he takes as an excellent omen for the revival of the brand: ultimately, the plan is to reopen the fashion branch.

The boutique is larger and equipped with a couch to sniff at one’s leisure with the Monclins, those cognac glasses with the foot sawed off to let a blotter through that Jean-Michel Duriez introduced when he was Patou’s in-house perfumer. It will soon be decorated with Art Déco furniture owned by the couturier and preserved by his great-nephew Jean De Moüy. Other brands owned by Designer Parfums – including the first Jean-Louis Scherrer, a wonderful green chypre – are also available.

The Jean Patou line-up has been restored by Thomas Fontaine to its original formulas with the help of the former in-house perfumer Jean Kerléo – inasmuch as new regulations would allow. A living encyclopedia, the 80-year-old Kerléo was often able to suggest equivalents for discontinued ingredients.

The “heritage” collection, now comprising Eau de Patou, Chaldée and Patou pour Homme, will soon expand with the three first fragrances launched in 1925 by Jean Patou: the green floral Amour Amour, the gardenia-themed Adieu Sagesse and the fruity chypre Que Sais-je? In 2015, a new trio including L’Heure Attendue, Vacances and a third I couldn’t get confirmation on – my bets are on Normandie or Colony, but it’s definitely not Moment Suprême. The Cocktails might follow.

Joy Forever is being launched in an eau de toilette version for the summer. The woody and musk notes have been toned down. Since musk tends to wrap other notes, going easier on it gives more breathing space to the quintessentially French rose-jasmine and iris-galbanum accords, and I find they express themselves more fully. In fact, Joy Forever edt does just what it says on the label: it’s joyful.

Photos courtesy Jean Patou and www.studiophotosparis.com

Patou rapatrié

Encore une adresse à ajouter à votre carnet parisien: le 9 rue Saint-Florentin, métro Concorde.

C’est justement à cette adresse que Jean Patou avait établi sa maison. Elle y est demeurée de 1914 à 2004. Lorsque Bruno Cottard, président de la marque, a décidé de quitter la rue de Castiglione, c’est par là qu’il a commencé sa recherche. Coïncidence de bon augure : il y a trouvé des locaux disponibles. Il a donc pu ramener Jean Patou chez lui, première étape d’une renaissance qui comportera, espère-t-il, celle de la maison de mode.

Plus vaste que celle de la rue de Castiglione, la boutique propose un canapé pour humer ses parfums tranquillement grâce aux fameux Monclin, ces verres à cognac au pied scié pour laisser passer une mouillette introduits par Jean-Michel Duriez lorsqu’il était parfumeur-maison. Elle sera bientôt décorée de meubles Art Déco ayant appartenu au couturier, préservés par son petit-neveu Jean De Moüy. Les autres marques appartenant à Designer Parfums – dont le premier Jean-Louis Scherrer, un superbe chypre vert – y sont également proposées.


 Jean Kerléo a fourni à Thomas Fontaine les formules originales de la collection, afin qu’il puisse en rapatrier en France la fabrication tout en les mettant aux normes réglementaires. L’ancien parfumeur-maison de Patou, encyclopédie vivante, a aussi pu suggérer des matières premières de substitution lorsque les ingrédients d’origine ont disparu.

La collection Héritage, qui comprend aujourd’hui Eau de Patou, Chaldée et Patou pour Homme, s’enrichira sous peu des trois premiers parfums lancés en 1925 par Jean Patou : le floral vert Amour Amour, Adieu Sagesse construit autour du gardénia, et le merveilleux chypre fruité Que Sais-je ? Puis, en 2015, L’Heure Attendue, Vacances et sans doute Normandie ou Colony, mais pas Moment Suprême. Les Cocktails suivront sans doute.

Une version eau de toilette de Joy Forever, déshabillée en partie de ses notes boisées et musquées, est désormais proposée pour l’été. Puisque le musc tend à envelopper les autres notes, cet allègement offre plus de respiration et d’espace de résonance aux beaux accords classiques rose-jasmin et iris-galbanum, qui me semblent s’exprimer plus pleinement dans cette déclinaison.

Photos courtesy Jean Patou et www.studiophotosparis.com